2012, EXTENSION DE L’ECOLE D’ARCHITECTURE
MARSEILLE, FRANCE
Programme : Travaux d'extension de l'ENSA Marseille-Luminy par construction modulaire
Superficie : 550 m2 SU
Maîtrise d'ouvrage : ENSAML
Maîtrise d'œuvre : NP2F + Marion Bernard (architecte) + TOUAX (entreprise de construction modulaire) + B52 (fluide)
Coût : 750 000 euros HT
Type : Concours Restreint / Conception-Réalisation
Avancement : Projet non retenu

Une grande spécificité du fonctionnement de l’Ecole d’Architecture de Marseille est le rapport très puissant que les espaces d’enseignement entretiennent avec les alentours proches (la pinède) et lointains (les calanques).
L’école éminemment méditerranéenne dessinée par Egger, est composée de bâtiments reliés les uns aux autres par des galeries couvertes, des patios fortement végétalisés, s’articulant avec les salles de classes.
L’espace de travail des étudiants se réparti ainsi entre dedans et dehors ; le vide se trouve construit et finalement programmé au même titre que les ateliers.
Il doit en être de même pour l’extension.
Il nous est demandé de dessiner 550 m2 de surface utile (3 ateliers de 160 m2 chacun + salles pour les enseignants et stockage).
Nous proposons un plateau protégé par 4 murs de 3 m de haut et constitué de 2 murs en son centre.
Ceux-ci distribuent les modules préfabriqués (dont l’utilisation a été expressément demandée par la maîtrise d’ouvrage) et sont positionnés de manière à protéger l’ensemble du mistral, du soleil et des constructions plus récentes (et peu intéressantes) en contre-bas.
Nous estimons ainsi que les 1 170 m2 d’emprise de notre proposition (ateliers et cours extérieures) sont 1 170 m2 de surface d’enseignement, nous doublons la surface demandée car les espaces que nous envisageons tendent vers une unité d’apprentissage commune, un ensemble d’espaces protégés et qualitatifs.
L’enseignement et les échanges sont partout. L’extension est à la fois une prolongation des usages de l’Ecole, raccrochée à celle-ci par un escalier s’ouvrant sur la place basse et dans le même temps une nouvelle entité physique qui apparaît sur son promontoire, dissimulé mais pas cachée, ouverte vers les calanques et une expérience spatiale commune.